Lerner France

Matière des déplacements des états de mort imminente (e-motions / création / réparation) (2012)

Promoteur : Mylène Botbol-Baum (UCL), Steven Laureys (ULg) Co-Promoteur : Bruno Goosse (Arba-Esa)

Sans titre , 2015 ]

Étude qualitative faite sur la base des vécus subjectifs d’un échantillonnage de 15 expérienceurs de mort imminente [1] en vue de comprendre la formation spatio-temporelle des formes et textures des espaces des Emis et leurs rapports avec : « les ressentis [2] » et les « impressions d’être [3] » relatif à la constitution du corps propre au cours des trajectoires au sein de ces espaces particuliers. Ceux-ci pourraient suggérer des localisations physiologiques susceptibles d’être impliquées dans la génération de certaines de ces « e-motions [4] ». C’est d’abord par une technique conventionnelle, l’enregistrement des témoignages, mais surtout par un dispositif original et alternatif qui n’a pas de précèdent pour l’examen des expériences de mort imminente que j’envisagerai mon étude, celui de l’utilisation de représentations graphiques faites en aveugle qui m’ont permis de rendre visibles les points de vue de ces expérienceurs et les diverses formes et qualités spatiales des déplacements au sein de ces « settings spécifiques » que j’ai nommé « Archi-texture [5] »Ces représentations constitueront, la source essentielle de mes observations des formes et contenus des « affects visuels », à partir desquelles j’organiserai mon travail de création, par la traduction de ces représentations en ce que j’ai nommé « engrammes [6] ». Nous porterons notre attention sur les développements successifs au cours de l’expérience des activités de la conscience visuelle. Ce sont les diverses phases de cette conscience visuelle que nous essayerons de déchiffrer par le biais des représentations des expérienceurs. Ces activités se transformeraient en passant d’une conscience visuelle préréflexive non intentionnelle : perceptive passive, créative, de synthèse (Arch-TP aller/ Arch-PAa et Arch-Aa) puis à partir du point de retournement (PR) qui se déroule (au sein de l’Arch-Aa et se poursuit dans l’Arch-TP retour) à une « prise de conscience » c’est à dire à une activité de conscience intentionnelle réflexive, point à partir duquel il semblerait que ces états de conscience puissent être exprimés de façon verbale. De façon concrète, ces représentations ont permis une re-contextualisation, une mise en situation de ces expériences sensori-motrices. Éventuellement, ces positions et dispositions spatio-temporelles et émotionnelles ont pu être vécues comme une sorte de reconstitution de l’expérience. Ainsi, ces repositionnements spatiaux pourraient faciliter la compréhension spatiale de ces phénomènes en contribuant à une meilleure intégration de l’expérience et constituer une sorte de réparation. Normalement, c’est le corps tout entier qui gère les déplacements au sein de l’espace ; ici le corps étant inerte, cette locomotion serait incarnée par les kinesthèses oculaires qui assumeraient les transports dynamiques dans ces Archi-textures. Le point de vue ne se résumerait donc pas ici à un simple point de vue mais apparaîtrait dans ces représentations comme véhicule et point de localisation du corps propre à travers ces espaces et textures-motrices à la base de la « vection [7] ». France Lerner

Voir en ligne

http://www.arba-esa.be/recherche/do…

Plus d'info sur l'ED 2O