Répertoires Animés

Schellow Alexander

Le projet « Répertoires Animés » est porté par Alexander Schellow, réalisateur de films d’animation basés sur la reconstruction du processus mnémonique, à la jonction entre pratique artistique et recherche scientifique, ainsi que le groupe de recherche ARG (Animation Research Group), constitué d’étudiants, doctorant et professeur issus de l’erg (école de recherche graphique) à Bruxelles. Ce collectif rassemblé autour de la notion d’« expanded animation », comprise comme un ensemble de pratiques artistiques hétérogènes, œuvre à la redéfinition constante de ce médium. Récemment, le groupe a orienté ses recherches sur le document et cherche à mettre en place des dispositifs créatifs qui permettent de révéler le potentiel inhérent d’une archive une fois activée par ses utilisateurs. L’animation est donc considérée au sein de cette recherche non seulement en tant que mode de perception et de construction de l’image, mais également comme méthodologie. Ce déplacement met ainsi à jour des tensions potentielles de manière productive. Partant du projet visionnaire du Mundaneum de Paul Otlet (1866-1944), régulièrement qualifié « d’internet de papier », ce projet de recherche vise à revisiter les collections de son fondateur dans le but de créer et d’alimenter une plateforme numérique de diffusion sur laquelle les documents pourraient être consultés et activés par le visiteur. Celui-ci permettrait d’engendrer un contenu évolutif, sans hiérarchies imposées, qui viendrait se stratifier au premier tout en le dialectisant et le réactualisant. Il s’agit de mettre à contribution un savoir collectif de type encyclopédique, dans une visée de partage, tout en cherchant à se départir des relations de pouvoirs et de domination économique qui régissent actuellement les moteurs de recherche et les modalités d’échange sur internet. Dans cette perspective, le rôle de l’animation, conçu comme une potentialité de mise en mouvement et en partage de différents contenus (textuels, visuels, sonores, etc.) est crucial. Une partie de la recherche s’effectuera directement au sein des collections du Mundaneum à Mons, afin de tirer la matière première et les thématiques qui structureront la plateforme numérique. Ce processus sera ponctué régulièrement par des moments de restitution et de partage, visant à reformuler l’objet de la recherche et à communiquer sur ses avancements dans les différentes institutions partenaires. Des temps de workshops sont également programmés au sein de l’école d’art, auxquels tous les étudiants seront invités à participer. La plateforme numérique Oral site qui est déjà existante, permettra quant à elle d’expérimenter différents types de narration grâce à « Olga », un logiciel customisé et développé par une équipe de codeurs, designers, créateurs sonores et écrivains, liés à Sarma, ainsi qu’à Constant et OSP. Des ponts avec des lieux d’exposition et de recherche, comme l’ISELP à Bruxelles et l’espace KIASMA à Paris sont également envisagés. Un dialogue avec le groupe de recherche GIRCAM de l’UCL qui étudie les pratiques culturelles et médiatiques, au croisement des Cultural Studies et des Science de l’Information et de la Communication, permet également d’inscrire le travail dans une perspective académique.